Que celui qui ne s’est jamais dit ça me jette la première pierre.
Cela s’entend, à raison, aussi bien du côté des apprenants que des responsables de formations.
Voyons leurs arguments.

Du point de vue de l’apprenant

Des études récentes démontrent que le temps disponible à la formation pour un employé avoisinent les 10 %. C’est peu et malheureusement, rarement disponible en une fois.

Dans un monde où tout va toujours plus vite, suivre une formation rentre toujours en conflit avec les affaires courantes. Je vois nombre des participants en présentiel qui se précipitent sur leurs mails ou leur téléphone à chaque pose.

Difficulté à déléguer ? Pas seulement. Car pour bien le faire, il faut prendre le temps de former l’autre… Joli paradoxe !

Bref, tout ceci est synonyme de stress, surcharge de travail, retards… des conditions pas optimales pour apprendre.

Du point de vue du responsable de formations

Vous êtes responsable de formations. Vous demandez à l’un de vos formateurs de préparer un cours d’une journée sur un sujet pertinent.
En fonction de ses connaissances, du matériel existant… le temps pour cela va fortement varier. Partons sur une base raisonnable de 3 jours, soit 24 h de travail.
Pour que ce soit rentable, il donne 3 sessions de 10 participants chacune, soit 264 h de travail

Cela nous donne à la grosse louche et dans le cas de cet exemple, un total de 288 h.
Si nous appliquons un salaire moyen brut de 21,5 €/h, nous obtenons un total de… 6192 €
Et cela, juste en temps de travail. Il faut rajouter à ce montant le coût du local, de la nourriture, le manque à gagner, les frais de déplacement…

Même s’il n’y a pas que l’argent, que la formation soit importante, cela reste un investissement à ne pas faire à la légère.

Arrêtons les formations !

Effectivement, cela fera gagner du temps à tout le monde… à moins que… le fossé ainsi creusé, bien que difficilement quantifiable, représente un coût.

Imaginez !

OK, je force le trait, mais avouez que la formation est essentielle.

Mais que faire ?

Une solution : le Microlearning

Attention, je dis bien Microlearning et non pas E-Learning !

Le E-learning était présenté comme le nouvel eldorado à la fin du XXe siècle. Malheureusement, la complexité des logiciels et les coûts de développements ont douché les pionniers du domaine. A présent, bien que rentrée dans les mœurs, elle possède souvent les mêmes défauts que la formation présentielle.

Le Microlearning est aussi bien une approche qu’une technologie. Le concept consiste à fournir un contenu multimédia court, mais répété dans le temps. Avec l’internet d’aujourd’hui, ce contenu est créé rapidement en ligne grâce à une interface visuelle et aisément diffusé au travers d’applications.

Les avantages sont nombreux :

N

L’interface visuelle et les modèles proposés permettent de créer des modules rapidement et sans compétence particulière

N

La diffusion par le biais d’applications est simple et rapide

N

Les coûts sont faibles

N

Un contenu peut-être rapidement diffusé auprès des personnes concernées

N

Le Microlearning ne rentre pas en conflit avec le déroulement normal du travail

N

Grâce à la répétition de l’information dans le temps, l’apprentissage est plus efficient

N

Les outils de suivi permettent de contrôler l’engagement et la compréhension

N

Des actions correctrices sont facilement mises en œuvre et à faible coût

N

Même si le présentiel reste toujours essentiel (heureusement) le Microlearning s’intègre parfaitement dans une stratégie de formations pour apprendre de nouveaux contenus, accompagner le changement, communiquer en interne, rappeler des points importants…

Intrigués ? Contactez-moi, je me ferai un plaisir de vous montrer comment le Microlearning apporte des solutions à vos besoins.

info@pascalvanpee.be